You are currently viewing Perle du bac

« Les scientifiques, les artistes, les philosophes sont des hommes dont l’utilité demeurent mentale et pas autrement, et encore pas pour tout le monde. »

Hormis la faute d’orthographe  –  lapsus calami, que trouvons-nous dans cette amusante phrase ? Il y est dit des choses bien plus sérieuses qu’il n’y parait a priori, et notamment que les scientifiques, les artistes et autres philosophes sont des hommes. Uniquement des hommes ? Marie Curie, Camille Claudel et Olympe de Gouges, pour ne citer qu’elles, n’auraient donc pas leur place au Panthéon des penseurs et inventeurs ? Autres questions : qu’est-ce qu’une utilité mentale et donc une utilité qui ne le serait pas ? Pointe ici le (vieux) débat sur les manuels et les intellectuels, ceux qui produisent de la pensée et ceux qui fabriquent des objets, ceux qui pensent et ceux qui agissent. De cela il faudra que je parle à mon voisin jardinier qui observe le ciel avant les semis, calcule la meilleure période pour couper les rosiers et invente des combines pour que ses légumes ne soient pas dévorés par quelque courtilière.

Cette phrase met en exergue des configurations idéologiques, c’est-à-dire des normes, modèles, croyances, représentations, y compris représentations du sexe dit faible. Ces configurations sont des manières de penser le monde et des manières d’agir. Elles concernent la façon de concevoir et de vivre la vie familiale, les rapports hommes-femmes, mais aussi l’art, la pensée, la création, les activités professionnelles et bien entendu  le chômage…

Voilà donc que notre bachelier nous fait réfléchir bien au-delà de sa phrase !

Claudine Hourcadet – Juillet 2012

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.