Intérêt général ou intérêt particulier ?

«  Un vieil adage affirme qu’en matière fiscale, chaque niche est gardée par un molosse. Entendez un puissant lobby disposant d’un pouvoir de représailles, en général électoral. Il n’est pas absurde de mesurer la grandeur des responsables politiques à leur capacité de résistance et à leur volonté de faire prévaloir l’intérêt général sur des intérêts particuliers ». [Journal Libération, sept. 2011]

Les vieux adages nécessitent souvent quelque actualisation. En effet, à quoi les responsables politiques sont-ils réputés résister ? Et comment démêler l’intérêt général des intérêts particuliers ?

Les lobbys sont des groupes de pression défendant certains intérêts et perspectives afin de peser dans les choix politiques dans un domaine donné. Certains de ces lobbys nous semblent plus légitimes que d’autres, comme par exemple les parents d’enfants handicapés, qui ont incontestablement joué un rôle dans l’écriture de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de  handicap.

Toutes les associations de personnes ou de parents d’enfants vivant avec un handicap ne défendent pas les mêmes intérêts et leur travail n’ouvre pas non plus sur les mêmes perspectives que les groupes pharmaceutiques par exemple, ou ceux défendant les niches fiscales et autres avantages économiques spécifiques. Quoi qu’il en soit, les conséquences des décisions politiques qui prennent en compte ces intérêts et ces perspectives sont forcément coûteuses, pas qu’économiquement d’ailleurs, pour certaines franges de la population et bénéfiques pour d’autres. Les décisions politiques sont également le fruit d’influences et de négociations dont le poids est inégalement réparti, et dont les conséquences favorisent tel ou tel groupe, couche ou classe sociale.

Les politiques ont bien des choix : pas, cependant, entre l’intérêt général et les intérêts particuliers, comme si les uns et les autres existaient en soi, déconnectés de toute histoire, – ils font des choix en fonction des idéologies qu’ils véhiculent et à partir desquelles ils discriminent entre ce qui leur apparaît comme l’intérêt général et ce qui relèverait des intérêts particuliers. Parce que les politiques sont en réalité certains politiques, relevant de certains courants d’opinion, de certains dispositifs de pouvoir et/ou de soumission… Entre intérêt général et intérêts particuliers la différence est loin d’être simple, d’un seul tenant.

Oriane Délivré – Novembre 2011

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.