You are currently viewing Les loges de la mitoyenneté

Mitoyenneté LPDC 67Les récentes élections régionales de décembre 2015 me laissent un drôle de goût… Drôle dans son double sens : à la fois étrange et ironique. En effet, ce qui me frappe, c’est l’énorme agence de communication de ce parti de l’extrême-droite, à savoir… ses opposants eux-mêmes !

Une campagne extrêmement active anti F-Haine a eu lieu : jamais autant d’œuvres, de textes, d’articles, d’émissions, de prises de position de célébrités pour dire « non ». Mais, comme le disait Freud, l’inconscient collectif entend-il la négation dans le « (Ne) votez (pas) pour ce parti » ? Ne serait-il pas contre-productif, contribuant ainsi à rendre ce parti excitant, diabolique, interdit donc « cool » pour des hésitants, des « entre-deux » ?

Au final, répéter à tue-tête  que je n’aime pas les endives au gratin ne dit pas grand-chose de ce que je veux réellement manger. Finalement de quoi cette opposition frénétique est-elle le signe ?

Cette campagne du « contre » est révélatrice d’une absence d’argument du « pour ». « Pour » qui ? et « pour » quoi ?  Les élus de tous bords brandissent la république et la démocratie pour justifier leurs stratégies, pas toujours démocratiques d’ailleurs, pour barrer la route au FN. Mais cela n’est-il pas un autre leurre quand la participation électorale est à peine d’un électeur sur deux ? Les élites ne représenteraient plus (comme toujours d’ailleurs) les électeurs. Dans les épisodes précédents, une ouvrière ainsi qu’un facteur avaient bien essayé de représenter les classes dites populaires…

Alors devant cet apparent désintérêt politique, on peut se demander ce que veut le peuple, si ce n’est du pain et des jeux ? Le pain quotidien ne manque pas dans la majorité des foyers et l’arène médiatique est saturée de jeux, de Secret story à l’Assemblée Nationale. Dans les deux cas, mentir pour gagner, même en famille… Une certaine intimité du politique est dévoilée, des flirts de Hollande en scooter jusqu’à la mise à mort publique de Jean-Marie Le Pen par sa fille. Du Vaudeville jusqu’au complexe d’Œdipe, ils nous amusent tout en nous faisant revisiter nos classiques de façon ludique… Et là, pas d’abstention ! Quand il s’agit de suivre les feuilletons médiatiques, tout le monde est au rendez-vous…

La vraie question (re)posée aujourd’hui est : ensemble, on fait quoi ?*

Pour ma part, je veux continuer de participer à la création d’un patchwork, fait de diversités, (mé)tissé de lien social. Comme pour les mobylettes, on avance mieux avec le mélange (Harlem Désir) !

* titre d’un atelier sur laïcité mené par l’IRTS de Lille depuis les attentats de Janvier 2015

Jérôme Delfortrie – janvier 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.