« Croiser les regards sur cette question à partir d’expériences plurielles est opportun et utile au développement des pratiques et des réponses pertinentes aux personnes accompagnées ».

1 – La problématique de ces Journées d’Étude et de Formation vous semble-t-elle représenter un enjeu contemporain ?

2- Quelles thèses comptez-vous développer lors de votre intervention ?

1/ La problématique de « la consolidation de l’institution ou de la désinstitutionnalisation »  est d’actualité d’autant plus que pour certains observateurs (F. DUBET) nous serions dans une phase de déclin de l’institution. Croiser les regards sur cette question à partir d’expériences plurielles est opportun et utile au développement des pratiques et des réponses pertinentes aux personnes accompagnées.

2/ Depuis une vingtaine d’années, le secteur de la protection de l’enfance a connu de profondes transformations ; entre autres de nouvelles modalités d’intervention venant des acteurs de terrain et justifiant l’intervention du législateur (loi du 5 mars 2007). Parmi les orientations retenues, il s’agissait notamment de diversifier les modes de prise en charge et de promouvoir de nouvelles relations entre professionnels et familles. Une recherche exploratoire conduite dans le cadre d’une thèse a permis une analyse du mouvement de transformation des interventions dans ce champ.

Pascale BREUGNOT, formatrice – novembre 2015

Responsable d’un pôle formation continue et analyse des pratiques à l’école supérieure de travail social (Etsup), chargée de cours et chercheur associé au CREF/ Université UPO Nanterre, précédemment chargée d’étude à l’Observatoire National de l’enfance en danger (Oned), assistante sociale en protection de l’enfance. Docteur en sciences de l’éducation et auteur du livre « Les innovations socio-éducatives. Dispositifs et pratiques innovants en protection de l’enfance », Ed. EHESP, 2011.

Breugnot

2/ Je suis parti d’une réflexion (pas que) sur l’institution totale (E. GOFFMAN) et les apports de l’analyse institutionnelle pour penser des services d’inclusion sociale et plus ouverts à la démocratie institutionnelle (d’autres appellent cela la participation).

Au cœur de l’analyse, il y a la recherche d’une interaction constructive entre les différentes parties pour produire l’intervention. C’est ainsi, que la fenêtre de la loi de 2007 a été saisie pour asseoir des approches et des pratiques qui lui étaient antérieures (l’hébergement en AEMO, l’éducateur assistant familial, l’accueil de jour multifamilial, et le tiers digne de confiance).

 Mohamed L’HOUSSNI, directeur d’association – novembre 2015

Directeur fondateur de l’Association RETIS, éducateur spécialisé, formé à ingénierie du social (DEIS), la sociologie et l’ethnométhodologie (master 2), l’approche systémique et les thérapies familiales. Un parcours robuste en protection de l’enfance. 

LHOUSSNI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.