You are currently viewing Christel Prado : Politiques publiques, stratégies associatives, engagements militants

« Il est paradoxal de porter politiquement un discours inclusif quand l’ensemble des moyens sont presque exclusivement concentrés au sein des ARS à dominante sanitaire. »

c-prado

Christel PRADO (intervention lundi 21 novembre) a répondu aux deux questions posées par Pratiques Sociales :

1 – En quoi la problématique de ces Journées d’Etude et de Formation vous semble-t-elle représenter un enjeu contemporain ?                     

2- Quelles thèses, arguments ou questions comptez-vous développer lors de votre intervention ?

1/ La problématique du handicap représente un enjeu contemporain parce que la notion de handicap est une représentation et une catégorisation sociale totalement construite. Elle a permis aux associations de défense des droits des personnes handicapées de créer un statut particulier pour générer ce que nous appellerions aujourd’hui de la discrimination positive.

A un moment où le système de protection sociale tel qu’il a été envisagé en 1945 doit évoluer pour mieux couvrir les risques de la société contemporaine, ce droit particulier, lié à une situation de handicap, s’élargit à d’autres publics dont l’exclusion a été générée, non par une déficience intrinsèque mais par une mauvaise prise en compte des caractéristiques socio-économiques de personnes non déficientes.

D’autre part, grâce aux accompagnements proposés dès le plus jeune âge aux personnes dont le handicap est cognitif, les proches et les professionnels ont été convaincus de la possibilité d’acquisition de nouvelles compétences tout au long de la vie. Le combat de la réadaptation est devenu inadapté. En enrichissant l’ensemble de la sphère sociale d’adaptations aux multiples singularités humaines, il devient évident que la notion de handicap est un statut enfermant, sclérosant. Il sera nécessaire, tant que notre société ne s’engagera pas à être inclusive et s’organisera pour que certains individus et groupe d’individus soient plus égaux que d’autres.

2/ Il est paradoxal de porter politiquement un discours inclusif quand l’ensemble des moyens sont presque exclusivement concentrés au sein des ARS à dominante sanitaire. Les « préfets » sanitaires voient comment leur action au service d’une société inclusive ?

Cette concentration en un seul domaine ne peut être que contrebalancé par les politiques promues par les collectivités locales : les mairies, berceau de la citoyenneté, et les conseils départementaux qui ne peuvent être que les meilleurs porteurs d’une société inclusive.

Comment, pour ces derniers, rendre les politiques publiques dynamiques quand les marges financières ne permettent plus réellement de faire des choix mais uniquement de mettre en œuvre des dispositifs « déconcentrés » ?

Les stratégies associatives doivent à nouveau reprendre une dominante politique. Les objectifs doivent être clairs, les alliances lisibles. Il est urgent de développer les projets avec les acteurs économiques plus qu’avec les acteurs institutionnels qui ne doivent être que substitutifs de l’initiative privée. Ce n’est pas pour autant que la solidarité nationale se privatise et se délite. Elle ne doit être là qu’en renforcement des synergies territoriales collectives.

Eléments biographiques et bibliographiques

Mère d’une jeune femme polyhandicapée et autiste. Engagée au sein du Mouvement parental UNAPEI afin de lutter contre l’exclusion sociale que génère la naissance d’un enfant handicapé dans une famille, en mettant ses idées et compétences au service du collectif. Son engagement est une ambition, celle du changement de paradigme : ce n’est pas l’individu qui doit s’adapter mais le projet de société, fruit d’une réflexion collective et partagée, qui doit être résolument universel. C’est ainsi que les 55 000 familles adhérentes de l’UNAPEI et les 94 000 professionnels des associations affiliées militent tous pour un même objet : une société inclusive et solidaire.

 Le coût économique et social de l’autisme en France, avis du CESE 2012

Mieux accompagner et inclure les personnes en situation de handicap : un défi, une nécessité, avis du CESE 2014

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.