pariuri sportive bet365bet365bet365 bonus la pariuri
Lien Social – Numéro de juillet – août 2016

Travail entravé – Créer des espaces de pensée.

Vous pourrez y lire un article de Saül Karsz : quelle crise pour le travail social ?

Début de l’article :

On a beaucoup écrit, parlé, revendiqué, à propos de la crise du travail social telle que la vivent quotidiennement des professionnels et la décrivent des psychologues, sociologues, politologues. L’exercice de ces métiers pourtant indispensables s’avère de plus en plus étriqué, sinon insoutenable. Une propension à la nostalgie se déploie en référence à une époque où les contraintes étaient bien moindres et les marges de manœuvre bien plus larges.

C’est justement cette nostalgie qu’il faut interroger – source de malentendus féroces et d’impossibilités imaginaires. Entendons-nous : la complexité contemporaine, celle du néolibéralisme triomphant, est indéniable en termes de conditions de travail, de ressources, de populations trop souvent confrontées à des impasses subjectives et objectives. Mais ce qui est nouveau n’est nullement cette complexité mais les modalités et la portée qu’elle revêt. Car la complexité est la nature même du travail social, de ses interventions, de ce que ces dernières peuvent faire ou pas. Jamais le travail social n’a disposé de toutes les ressources humaines, professionnelles et budgétaires nécessaires à son exercice. Les problématiques des populations suivies n’ont jamais été simples, banales, d’un seul tenant, ni les issues proposées d’une complète efficacité. Bref, la complexité d’aujourd’hui ne s’oppose pas à la pseudo-simplicité du passé – pure invention rétrospective. Ce sont des complexités chaque fois singulières qu’il faut examiner, accepter ou combattre.

Rien de nouveau sous le soleil, alors ? Bien sûr que si ! Lire la suite sur la revue Lien social

Accéder au site Lien Social

Partager:

Aucun commentaire

Laisser un commentaire