pariuri sportive bet365bet365bet365 bonus la pariuri
Carol – Film de Todd Haynes, février 2016, avec Kate Blanchett et Rooney Mara

Im3Après La vie d’Adèle en 2012, situé à l’époque contemporaine, La belle saison, en 2015, se déroulant dans le Paris féministe des années 1970, voici Carol, un nouveau film qui dépeint la naissance d’un amour intense entre deux femmes sur fond de conditions socio-historiques, politiques et sociales plus ou moins propices à une idylle entre deux personnes de même sexe. L’histoire nous plonge dans les Etats-Unis des années 1950, à New-York plus précisément, où Thérèse (Rooney Mara), jeune vendeuse dans un supermarché, rêve à des aspirations plus artistiques dans le domaine de la photo et rencontre Carol (Cate Blanchett), plus âgée de près de 15 ans, quant à elle empêtrée dans une relation conjugale conflictuelle.

Après avoir oscillé entre son désir à l’égard de sa jeune amie et le souvenir d’une précédente histoire amoureuse avec son amie de toujours, Abby, Carol se lance finalement dans une sorte de road trip érotico-amoureux avec la belle Thérèse. Si son aventure avec la jeune femme sera pour Carol une renaissance sur le plan psychique, émotionnel et sexuel, elle sera aussi le début d’une longue suite de conséquences affectives, sociales, économiques, familiales : perte de la garde de sa fille, regard suspicieux voire condescendant de sa belle-famille, privation d’une forme de prestige et déménagement forcé dans un quartier moins chic de New-York…

Le film ne sombre jamais dans le réquisitoire, ne donne pas dans l’accusation moralisatrice d’une Amérique conservatrice, mais rappelle avec subtilité que l’amour n’est jamais qu’une affaire intersubjective. La rencontre entre Carol et Thérèse est également la rencontre de deux classes sociales différentes, deux modèles de société antagonistes, deux visions du vivre-ensemble. Les idéologies dominantes, qu’elles soient sexuelles, conjugales, ou même éducatives s’invitent dans la chambre à coucher de ces deux femmes jusqu’à se glisser entre leurs corps.

Sébastien Bertho – Février 2016

Partager:

Aucun commentaire

Laisser un commentaire